La toilette

 

La toilette occupait une grande importance chez le peuple épris de propreté. Les égyptiens se lavaient le matin et souvent avant les repas.

 

Les gens aisés possédaient une salle de bains, les autres se contentaient d’une cuvette et d’un broc ; comme dégraissant, on utilisait le natron et une pâte à base de cendre ou d’argile.

 

On se rinçait la bouche avec une eau additionnée d’un certain sel. Chaque matin, les hommes passaient, en outre, entre les mains du barbier et les femmes entre celles du coiffeur, qui était un domestique de la maison, à moins qu’elles ne s’occupassent elles-mêmes du soin de leur coiffure.

 

Les hommes autant que les femmes s’épilaient et passaient aussi entre les mains des manucures des pédicures.

 


Après les soins de l’hygiène venaient ceux de la parure, et, si le vêtement, toujours blanc et propre, était simplifiés, bijoux, parfums, et fards étaient largement utilisés.

 

 

Les ustensiles de toilettes sont variés : miroirs de métal poli au manche imitant souvent une plante, rasoirs de cuivre ou de bronze rangés dans une trousse, styles enfermés dans des étuis précieux, palettes, boîtes à fards aux formes le plus diverses, pots à « khôl », vases à parfums et surtout les cuillers à fards, dont les manches, représentant souvent des baigneuses, sont alors des petit chefs-d’œuvre de grâce et d’élégance.

 

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site