Le mariage

 

 

 

« Si tu es sage, recommande Ptahhotep, bâtis une maison et fonde un foyer ». Cela semble être le désir hunanime des égyptiens. La poésie amoureuse nous montre toujours la femme désireuse d’entrer chez son bien-aimé en maîtresse de sa maison, et, bien souvent, ces chants d’amour sont chantés par des époux heureux d’avoir uni leurs destinées.

La liberté dont jouissaient les jeunes gens leur permettait de se connaître eux-mêmes et de trouver l’âme sœur sans l’intervention de leurs parents, qui se contentaient la plupart du temps d’accepter la décision de leurs enfants. Toutefois, aucune dépravation de mœurs ne résultait de cette liberté, et le sentiment amoureux et ses manifestations apparaissaient en Egypte dans la perfection.

 


Les cérémonies du mariage ne devaient pas avoir grande importance, car il ne nous en reste aucune relation et il ne semble pas que cet événement ait été consacré par une cérémonie religieuse ou par un acte officiel. On sait seulement que l’épousée se rendait chez son mari, avec une dot plus ou moins importante, et que le fiancé offrait généralement des cadeaux.

Néanmoins, un conte d’époque ptolémaïque fait allusion à une cérémonie de mariage et une inscription de Ramsès II permet de penser que des noces sanctionna son mariage avec une princesse hittite. Mais il apparaît que ce sont là des cas pour le moins exceptionnels, sinon douteux. A l’époque grecque, la dot était devenue une pratique généralisée, contractuelle sinon légalisée.

Cette dote de la mariée consistait en biens divers, bijoux, mobilier, vêtement, parfois bétail, le tout étant évalué non en monnaie mais selon son poids de métal précieux. Cette dot, suivant les clauses des contrats, était remboursée par l’époux en cas de divorce à ses tors.

 


Les égyptiens avaient des enfants dans la plupart des cas, car il était honteux et considéré comme égoïste de n’en pas avoir. A basse époque, on dressait une sorte de contrat pour égaliser le mariage, et il est possible que cette pratique ait été plus ancienne.

Les mariages consanguins étaient exceptionnels dans l’Egypte ancienne, sauf pour les Ptolémées, où il était d’usage, non seulement pour le roi, mais aussi pour les particuliers, que le frère épousât sa sœur. Seuls quelques rois, aux époques anciennes, se marièrent avec leur sœur ou leur fille.

De même, la polygamie n’existait pratiquement pas ; les rois pouvaient disposer d’un harem, femmes, filles de rois voisins, nobles égyptiens, mais ils n’avaient qu’une grande épouse royale, plus rarement deux. En ce qui concerne les particuliers, on ne peut citer que très peu de as de bigamie officielle.

Cependant, il n’était pas rare qu’à côté de leur épouse les hommes aient une ou plusieurs concubines, qui ne jouissaient, elles, d’aucun droit légal, pas plus que leurs enfants, si elles en avaient. Mais en règle générale, l’ « égyptiens moyen » n’a qu’une femme, et les textes nous le montrent mari attentionné et fidèle.

 

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site